Planifiez votre futur … virtuel

janvier 19th, 2008

Surfant pour trouver ce que l’avenir nous promet en matière de virtuel voici un site qui nous propose de s’amuser tout en réfléchissant aux enjeux de notre futur proche, puisque 2010! Quelques aspects commerciaux comme la “boutique de demain” mais également quelques rubriques plus intellectuelles telle “conseils en futurologie et prospective appliquéé”. Pour nous allécher il est dit “Prévoir l’avenir aide à jouer un coup ou deux en avance par rapport aux autres, permet d’entrevoir les opportunités plus tôt, de mieux se préparer aux évolutions.” mais pour en savoir plus il est nécessaire de contacter les créateurs du site… un petit goût de secte où le but final est de nous soutirer quelques économies que ça ne m’étonnerait pas! Si c’est le cas je le prévois aussi le futur 2010 : manque d’argent dans le protemonnaie :-)
http://www.2010virtual.com/index_fr.html

VOYEUR VIDEO: SEX GARDEN

janvier 18th, 2008

Je pense qu’il faut vraiment dédramatiser tout ça et je vous propose de quoi rassurer plus d’une personne soupçonneuse d’infidélité virtuelle de la part de son/sa conjoint/e qui ne cherche dans la plupart des cas qu’à assouvir une passion bien inoffensive pour nos amies les tortues à la vie sexuelle certainement plus fournie que la sienne … comment ne pas être fasciné par ces petites bébêtes regorgeant d’énergie, voyez plutôt !!!

http://www.youtube.com/watch?v=Tt2QZUza7hw&feature=related

[kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/Tt2QZUza7hw" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

et comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences trompeuses d’un titre on ne peut plus aguicheur sur youtube …

Conjoints et cybersexe : est-ce tromper l’autre?

janvier 9th, 2008

cybersexe

Du coup que le cybersexe fait parler de lui, un nouveau problème se pose pour certains couples dont l’un des conjoints serait friant de la chose… à partir du moment où il n’y a pas consommation physique, peut-on parler de tromperie? Si l’on écoute certains témoignages d’émissions à la Jean-Luc Delarue, plus ou moins crédibles, je vous l’accorde, certaines femmes (mais parfois aussi des hommes) se sentent totalement trahies par leur conjoint qui mettent plus d’énergie et de volonté à satisfaire leurs désirs devant l’écran que dans le lit conjugal (où le salon, la salle de bain, la cuisine… tout est bon à prendre!). Après tout la même question se posait déjà pour les partenaires d’accros aux films pornos, elle se pose pour ceux qui fréquentent les boîtes de streap-tease, qui usent et abusent du téléphone rose (bref rien de neuf en sommes!), mais elle est certes d’autant plus déroutante quand ce qui vient concurrencer notre pouvoir de séduction et notre relation à l’autre n’est même plus humain.

Voici un témoignage typique puisé au gré de la toile :

“Bonjour, je vous écrit, car cela fait plusieurs mois que j’ai découvert que mon compagnon téléchargeait des vidéo pornos tres hard, ainsi que des photos et aller visiter des sites X. Je lui en avait parlé mais au début, il niait quand il m’a avouer que tous les hommes fesaient ça. Et qu’il arreterai. Hors cesderniers jours j’ai découvert quil avait créer une deuxiéme connexion internet cachée et j’ai découvert une cinquantaine de site X sur lesquels il avaient téléchargés des films payants, pour lesquels egalement il a été débité de sa carte bleue et ceci a des heures de 3H00 jusqu’a 5H00 du matin Je ne comprend pas du tout pourquoi il fait ça. Nous avons des relations sexuelles tres intenses et normales et lui en est tres satisfait, je viens de lui en parler et il a tout nier en disant que cetai des spams alors que jai bien vu que cetai ses numeros de carte bleue et ses login. Je suis horrifiée car je ne vois pas pourquoi il fai ça. Aider moi a savoir s’il es normal pour un homme de se conduire ainsi? comment doije réagir? Esceque je dois considérer ça comme un danger vers de l’infidélitée? Merci de votre réponse.”

Chère Madame, je ne sais que vous répondre… mais si vous êtes accro de “cyberintellect” à l’instar de votre compagnon qui l’est de cybersexe je vous renvoie à un lien où l’on traite en long et en large du problème de l’infidélité et peut-être pourrez-vous y trouver une réponse… qui selon moi n’est pas à chercher ailleurs qu’en questionnant vos propres limites de ce que vous concevez tolérable ou non pour votre vie de couple.

http://www.domeconnection.com/en/serious-dating-forum-2-topic-5941.html

Mon ordinateurs, mes jeux et moi…

janvier 8th, 2008

Je ne vais pas trop m’étendre sur ce sujet au risque de vous ressortir mon travail de diplôme de fin de gymnase sur la relation des jeunes aux jeux vidéos. Sur un plan plus personnel, étant le seul mec de l’équipe de ce blog et de plus, le plus jeune, il est clair que les jeux vidéos ont eût leurs heures de gloire dans ma vie d’adolescent. Cepandant mes parents n’ont jamais accepter une console de jeux dans leur salon et je n’ai jamais eût de TV dans ma chambre. J’ai donc fait recour à l’ordinateur familial ce qui a été, en plus de l’aspect ludique, utile car j’ai rapidement appris à me servir de cet outil !

Il est clair que j’ai passé de nombreuses soirée à jouer avec des amis mais je pense ne jamais avoir dépassé les limites tout comme pour la TV. Je me suis toujours refusé les jeux en réseau de peur de tomber dans le piège “Geek”. Actuellement je ne joue plus que très rarement, la preuve est que l’on ne trouvera plus aucun jeu sur mon PC… Je m’en suis un peu lasser

 Pour conclure, à mon avis, il faut arrêter de s’acharner sur les jeux vidéos et vouloir à tout prix penser qu’ils représentent une menace pour les jeunes, c’est comme pour tout il faut savoir mettre des limites. A partir de là, ce n’est rien de plus qu’un divertissement et cerains jeux peuvent aussi se montrer éducatif !

Mon expérience aux sites de rencontres

janvier 8th, 2008

Avec un peu de retard, voici enfin mon poste lié aux sites de rencontres. Du point de vue de mon expérience perso, Internet a débarqué dans ma famille relativement tard même si j’avais déjà eu l’occasion de mon servir chez des amis. Il est vrai qu’entend que technophile, j’ai rapidement maîtriser le “surf” et donc la possibilité à communiquer avec d’autres Internautes. Bien entendu, lorsque j’étais encore ado les sites de rencontres n’étaient pas aussi développer que maintenant et, de plus, je m’intéraissait surtout aux forums de discussion pour parler de mes passions ou d’obtenir des informations plutôt et non pas dans le but de faire des rencontres.

Les salons de “chat” ne m’ont jamais attirés non plus, tout au plus pour rigoler un moment. Ensuite j’ai découvert le fameux “Messenger”. Ce logiciel, présent maintenant sur tous les ordinateurs privé, m’a permis, à ses débuts, de pouvoir discuter avec mes amis de manière interactive. Du fait que nous habitions tous dans des villages perdus et cet outil évitait les grosses factures de téléphonne, je l’utilise toujours fréquemment mais qu’avec des contacts établis “dans la réalité” (amis, famille etc).

Cependant, et je ne le cache pas, il m’est arrivé lorsque j’avais entre 15 et 16 ans de faire une rencontre sur Internet. Mais il ne s’agissait pas d’un site dédié à la rencontre, au contraire puisque j’ai pu faire connaissance avec une fille sur un forum de moto (!). Nous étions jeune et timide, beaucoup de discussions via messenger ensuite et après une année nous nous sommes enfin rencontrés “en vrai”. Cette relation a durée deux mois… Ce fut une expérience un peu étrange du fait qu’on connait parfaitement la personne et sa vie dans jamais avoir vu ses réaction et expréssions ou sa façon de parler en “live”.

 Bref , pour vous éviter les détails ce n’était pas une mauvaise expérience mais je ne pense pas que ça m’arrivera à nouveau c’était fun mais bizard… En tout cas je n’irai jamais jusqu’aux sites de rencontres. Cela peut s’avérer pas si mal pour les personnes plus agées. Par exemple, tout comme la tante de  lagrandezoe, après le divorce de mes parents, mon père a rencontré sa nouvelle bien aimée sur Meetic, et je comprends qu’il ait préféré cette solution plutôt que d’aller draguer dans les bars. Par contre pour les plus jeunes je ne vois pas trop l’intérêt, ça pourrait même devenir dangereux pour les plus jeunes comme le disait chiquilla.

Pour moi le défaut principal de cette pratique des rencontres virtuels, que ce soit par Internet mais aussi via les annonces des journaux ou autres, est que les gens ont toujours plus tendance à vouloir trouver la personne parfaite qui correspond à tout les critères souhaités. Donc, d’une certaine façon de ne plus laisser aucune chance au hasard du destin. Amen !

les accros du sexe et de la souris

janvier 6th, 2008

Voici un article intéressant sur le sujet qui nous occupe, écrit par un certain Alain Sousa … Voyez plutôt!!!

Internet, cet incroyable outil de recherche et d’échange, ce formidable accès à la culture pour tous… taratata ! Internet, c’est aussi la plus importante source de photos érotiques, de webcams coquines et de lieux de rencontres de la planète.

Et si tant de sites sont dédiés au sexe, ce n’est pas dû au hasard. Selon une étude du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de novembre 1999, plus de 15 % des internautes français avouaient avoir surfé sur des sites X le mois précédent l’enquête. Une tendance qu’on retrouve Outre-Atlantique, où environ 20 % des internautes fréquentent les sites pornographiques et les forums de discussion consacrés au sexe. D’ailleurs, le mot “ sexe ” est parmi ceux qui arrivent en tête des mots les plus demandés sur des moteurs de recherche.

Intox issue des cliniques du sexe ?

Cet engouement fait bien sûr se poser la question de la dépendance : existe-t-il des drogués du cybersexe ? La dépendance au sexe virtuel viendra-t-elle compléter la liste des addictions ? C’est en tout cas ce que sous-entendent de nombreuses “cliniques du sexe” américaines. Ces établissements, spécialisés dans les problèmes de couples et de sexualité, sont en effet les premiers à mettre en avant les problèmes d’addiction au cybersexe. Ils sont d’ailleurs responsables de la multiplication de sites qui proposent une désintoxication, moyennant finances bien entendu ! On imagine sans peine leur intérêt à convaincre les surfeurs d’une nouvelle forme de dépendance qu’ils doivent surmonter.

Une seule étude… sérieuse ?

Une étude* sur ce sujet est parue dans un journal de l’association américaine de psychologie. Basée sur un questionnaire datant de 1998, cette recherche semble indiquer l’existence d’une addiction au cybersexe : environ 8 % des internautes auraient un comportement compulsif. Ceux-ci avouent surfer plus de onze heures par semaines sur des sites X. Ils admettent que ce comportement interfère avec leur vie professionnelle et familiale, sans pour autant arrêter de naviguer.

Mais cette étude est à prendre avec précaution. D’une part, même si elle portait sur pratiquement 10 000 personnes, il s’agissait d’un questionnaire en ligne, à la fiabilité aléatoire. De plus, si l’on examine l’étude, on se rend compte que deux des quatre auteurs exercent au San Jose Marital and Sexuality Center, l’une des fameuses cliniques du sexe évoquées plus haut…

Du neuf avec du vieux ?

Ce qui est clair, c’est qu’internet ne crée pas de nouvelle addiction : films, photos, petites annonces, dialogues en direct… rien qui n’existait déjà grâce aux magazines, aux vidéos ou au minitel. Les deux nouveautés sont la facilité d’accès et le coût : les internautes peuvent obtenir de chez eux ces “services”, souvent gratuitement et de manière totalement anonyme. S’il existe une addiction sexuelle, la toile ne fait donc que la révéler ou faciliter sa réalisation. Internet n’est qu’un moyen de plus pour l’expression des addictions sexuelles.

Suite de l’article sous http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/mag_2000/mag0908/se_2272_cyber_addict_02.htm

et si on parlait de sexe virtuel ???

janvier 6th, 2008

Chers amis du monde virtuel, je vous propose cette semaine de partager vos commentaires et/ou autres expériences personnelles relatifs au sexe virtuel, histoire de commencer cette nouvelle année 2008 on ne peut mieux !!! Car selon le dicton italien: “qui non scopa il primo giorno del anno, non scopa tutto l’anno” (j’espère que mes notions toutes limitées de la langue de Dante n’auront pas trop dénaturé le propos ???)

Toujours est-il que l’année est belle et bien commencée et que c’est trop tard pour le premier jour de l’an (désolée pour vous s’il y a lieu de l’être …???) mais le monde virtuel n’a cure de notre calendrier un peu trop réel, après tout, donc rien n’est perdu!!!

Nous avons, cette semaine, tout loisir d’étudier, virtuellement s’entend bien sûr, (au cas où des yeux innocents ou quelque censeur tomberaient sur ces lignes ) le monde du sexe on ne peut plus présent sur la Toile: il suffit de taper dans n’importe quel moteur de recherche les 4 lettres SEXE qui oeuvreront en véritable sésame sur ce monde virtuel pour s’en rendre compte. Tentez l’expérience si vous ne l’avez encore jamais fait, vous avez ma bénédiction !!!

La prostitution virtuelle semble, quant à elle, aussi bien présente sur Second Life: ainsi, de nombreuses prostituées virtuelles y proposent leurs services contre de l’argent virtuel mais avec une valeur bien réelle: pour résumer, on pourrait dire que le plus vieux métier du monde se met à l’heure du numérique et s’assure ainsi encore de beaux jours !!!

Qu’en pensez-vous ??? Cela choque-t-il votre morale??? ou cela vous intéresse-t-il ??? Faites-nous part de vos réactions!!!

ma relation inexistante aux jeux vidéos

décembre 18th, 2007

Tout comme toi, Chiquilla, je suis trop âgée pour avoir connu l’univers des jeux vidéos tels que les “jeunes de maintenant” les expérimentent dans notre société. Je dois avouer que je n’ai pas mordu non plus aux débuts du Game Boy et autres parties de Tetris qui me paraissaient bien trop ennuyantes pour que je m’y attarde. Tout juste si j’ai dans ma vie effectué une partie de flipper: c’est dire le peu de propension que j’ai à jouer à ce genre de trucs … dans mon enfance, le moteur de mes jeux a toujours été l’imagination, c’est ce que j’aimerais arriver à transmettre à mes propres enfants, d’où l’absence chez nous de télévision et autres jeux virtuels, mais j’ai bien conscience que dans quelques années mes enfants ne se gêneront pas pour nous reprocher nos méthodes éducatives datant de la préhistoire … Je ne veux pas en faire non plus des autistes complets, mais j’ai de la peine à adhérer à ces curieuses pratiques contemporaines qui scotchent dès l’âge scolaire les enfants devant un écran: dans la classe de mon fils de 4 ans et demi il y a 3 ordinateurs auxquels les enfants ont le droit de jouer dès qu’ils l’ont mérité … de mon temps on recevait des gommettes en guise de récompense!!! Que l’on ne s’étonne pas après coup que les ados développent une accoutumance aux mondes virtuels, l’école est d’après moi la première à y participer! Il faut vivre avec son temps, soit, mais le fait d’être mère ne m’empêche pas de garder un certain regard critique sur la société qui nous entoure…

Je connais par contre des gens de ma génération, de sexe masculin, pour ne pas les citer … qui sont complètement accros aux jeux qui représentent leur loisir premier avant même leur copine … et là, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve ça plutôt grave! Certes, il est important de garder un regard d’enfant sur le monde, mais je doute fortement que l’écran de ces jeux soit la bonne fenêtre sur lui … Notre blog ne durera certainement pas jusque là, mais je serais intéressée de savoir comment ce genre de personnage évoluera sur une vingtaine d’année.

Après la télé et les sites de rencontres : notre expérience des jeux vidéos

décembre 18th, 2007

Entre addiction aux jeux vidéos (phénomène auquel certains médecins se sont intéressés de prêt suite à l’inquiétude des parents concernés et qui dans des cas extrêmes peut être identifié comme maladie) et ignorance totale du domaine, il doit y avoir un juste milieu très sympathique. Malheureusement pour ma part, je ne le connais pas tant mon expérience est inexistante en matière de jeux vidéos depuis des années. Je ne dis pas être à l’abri de toute dépendance (preuve en est que je suis fumeuse) mais du côté des jeux vidéos aucun risque!

Je suis pourtant très bien placée puisque j’ai tennu entre les mains à plusieurs reprises étant petite l’ancêtre des game boy ou x-box (seulement 2 boutons comme joysticks), mais n’ai pas suivi leur évolution, l’adolescence m’ayant conduit rapidement à d’autres centres d’intérêt (premières cigarettes, premiers flirts, premières sorties, premières cuites, premiers concerts…etc.). Sur ordinateur, je me souviens vaguement avoir joué, il y a plus d’une vingtaine d’années, au tennis, au tetris et à un autre jeu de robots évoluants dans un parcours de pièges sur le Commodor 64 de mon frère (et oui je suis de cette époque!). Cependant depuis, et bien que j’aies toujours été informatisée, je n’ai plus jamais expérimenté quoi que ce soit (à croire que mes centres d’intérêt d’adolescente restent toujours d’actualité LOL.)

J’ai dans mon entourage quelques passionnés, mais loin d’être addicts, qui parlent des jeux vidéos comme d’un moment de détente privilégié qui, à certains moments du jeu, peut se transformer en vrais moments de tension interne dignes d’un afficionado au foot pendant une match important de championnat!…. à ce sujet un reportage intéressant sur F3 sur la tension nerveuse que peuvent susciter les jeux vidéos et les limites entre loisirs et dépendance. http://fr.youtube.com/watch?v=v2zuPPlkqQI

qu’en dit Micheline ?

décembre 17th, 2007

c’est pas sympa pour ceux qui pourraient s’identifier … mais qu’est-ce que c’est drôle:-) :-) :-) http://fr.youtube.com/watch?v=ZV-lQ7yY85A&feature=related